Inicio / ACTUALIDAD / Les victimes de disparitions forcées demandent à la Commission vérité un espace pour se faire entendre

Les victimes de disparitions forcées demandent à la Commission vérité un espace pour se faire entendre

Un hombre observa la conmemoración del Día Internacional de las Víctimas de Desapariciones Forzadas. EFE/ Luis Eduardo Noriega A./Archivo
Un hombre observa la conmemoración del Día Internacional de las Víctimas de Desapariciones Forzadas. EFE/ Luis Eduardo Noriega A./Archivo

Le 8 février, un groupe de personnes s’est présenté devant le siège de la Commission vérité (CEV) dans le centre-ville de Bogotá, demandant à être entendues par l’entité de paix. L’activité était dirigée par la Fondation Nydia Erika Bautista, un collectif dédié à la protection des droits des femmes et des membres de leur famille victimes de disparitions forcées en Colombie.

Ce mardi après-midi, le président de la CEV, Francisco de Roux, est venu écouter et s’est entretenu avec plusieurs des personnes qui participaient à la course de neuvaine #12C – 10 à Bogotá. Ce jour-là, il a dit aux dirigeants qu’il ouvrirait un espace formel dans deux ou trois jours, pour entendre leurs demandes. Eh bien, cela fait presque deux mois et la Fondation attend toujours l’appel. Cela a été annoncé dans une lettre adressée à la CEV en date du jeudi 24 mars 2022.

Dans la communication, les victimes ont indiqué que « le père de Roux et les messieurs commissaires n’ont pas été entendus, au sens humain, éthique, épistémologique et juridique du terme. Nous craignons que la vérité sur les victimes de disparitions forcées soit considérée comme biaisée, que nous ne soyons considérés comme des parties intéressées », peut-on lire dans la lettre. La Fondation Nydia Erika Bautista est née en exil après que la famille baptiste a dû quitter le pays en raison de menaces en 1997.

Cela peut vous intéresser : la Commission de la vérité a rendu compte de ses travaux en 2021

Et c’est que sa fille Nydia Erika Bautista est victime d’une disparition forcée le 30 août 1987. Ce jour-là, la sociologue et économiste de Bogotá, âgée de 33 ans, a été arrêtée par un groupe d’hommes armés, enregistrés auprès de la 20e brigade de l’armée nationale, qui l’ont emmenée dans une ferme de la municipalité de Guyabetal (Cundinamarca), où ils ont gardé Nydia en captivité, torturant et sexuellement l’agressant, treize jours plus tard, son corps a été retrouvé sur l’autoroute Bogotá- Villavicencio, dans un état de décomposition qui a rendu l’identification impossible, pendant 3 ans sa famille n’a rien su d’elle.

Dans une interview accordée à Contagio Radio, la directrice de la Fondation, Yaneth Bautista, a déclaré que la communication avec la Commission de la vérité se faisait uniquement par les rapports soumis. « Il nous semble que la Commission n’a pas écouté les victimes directes, car même si l’on dit que les victimes directes sont les personnes disparues, nous sommes également victimes de dommages à l’intégrité et à la santé mentale, aux garanties de procédure et à la justice. »

Enfin, Bautista a déclaré que la Commission devrait être une institution qui accompagne les victimes. Il a également noté que depuis la signature de l’accord de paix entre l’État colombien et les anciennes guérilleros des FARC en 2016, ils ont soumis à la Commission six rapports sur des cas, des violences, des affections et des réparations aux victimes de disparitions forcées :

« Nous apportons tous les rapports, cette lettre et ces réflexions en tant que contribution au Système Intégral, car nous continuons d’avoir un engagement en faveur de la paix et de l’efficacité des mécanismes discutés dans l’Accord de paix. C’est comme une mère qui dit à son fils qu’elle fait mal, et nous le faisons avec ce sentiment et cette responsabilité. »

Dans la lettre adressée à la CEV, la Fondation a comparé le travail de l’entité colombienne avec celui de la Commission vérité et réconciliation du Pérou, qui était principalement chargée de préparer un rapport sur l’ère du terrorisme que ce pays a connu entre 1980 et 2000. « Au Pérou, les commissaires se sont assis pendant des heures et des heures, des jours et des mois pour écouter les victimes dans chacun de leurs témoignages et il n’y avait pas un ou deux commissaires, mais la Commission dans son ensemble. Il nous a semblé que cette façon d’écouter les victimes collectivement et avec suffisamment de temps et de patience pour les entendre était réparatrice. La même chose ne s’est pas produite en Colombie. »

CONTINUEZ À LIRE :

también puedes leer

Lista de los 10 videos en YouTube que son tendencia en España este día

En un mundo moderno tan vertiginoso y estresante es normal que la gente busque diversas …

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *