Inicio / ACTUALIDAD / Arrêt des transporteurs et des agriculteurs, minute par minute : tout ce que l’on sait sur les manifestations de Junín

Arrêt des transporteurs et des agriculteurs, minute par minute : tout ce que l’on sait sur les manifestations de Junín

Samedi après-midi, la table de dialogue a été suspendue entre la délégation de l’exécutif et le syndicat des transporteurs et des dirigeants d’agriculteurs, qui a eu lieu dans le Wanka Coliseum, à Huancayo. Les ministres présents ont dû se retirer de la place faute de garanties, les manifestations venant de l’étranger étant devenues incontrôlables.

Cependant, le ministre du Commerce extérieur et du Tourisme, Roberto Sánchez, a déclaré, via son compte Twitter, que les dirigeants et les ministres avaient signé des procès-verbaux établissant les premiers accords, y compris la suspension de l’arrêt du transport de marchandises lourdes pour une période de cinq jours.

« Les parties s’engagent, de la part de l’exécutif, à résoudre, à émettre un décret suprême réduisant de 90% la taxe de consommation sélective (ISC) pour le carburant diesel, l’essence 84 et 90, le GPL en vrac et domestique d’ici le mardi 5 avril », le document signé par divers membres du Cabinet Torres et » leaders du transport des modes de service de fret et de transport de personnes ».

Malgré ce traité entre dirigeants et ministres, les manifestants ont continué de réclamer dans la ville de Huancayo. Des agents de la police nationale péruvienne ont essayé de contenir les manifestants et après une heure d’affrontements, le Wanka Coliseum a réussi à se libérer. que les ministres pouvaient partir pour Jauja. Deux personnes ont été blessées à la suite de l’affrontement entre la population et la police à l’extérieur du site sportif.

MINUTO A MINUTO

Samedi, 2 avril

18:15

Les demandes des transporteurs ont été discutées après des tentatives répétées du le gouvernement doit établir des tables de dialogue. Enfin, au stade Wanka de Huancayo, les dirigeants et les ministres ont signé des procès-verbaux établissant les premiers accords, y compris la suspension de la cargaison arrêt de transport lourd pour la période de cinq jours, cela a été annoncé par le ministre du Commerce extérieur et du Tourisme, Roberto Sánchez, via son compte Twitter.

17:00

Cet après-midi, la table de dialogue a été suspendue entre la délégation de l’exécutif et le syndicat des transporteurs et dirigeants d’agriculteurs, qui a eu lieu au Wanka Coliseum de Huancayo. Les ministres présents ont dû se retirer de la place faute de garanties, les manifestations venant de l’étranger étant devenues incontrôlables.

Les représentants gouvernementaux ont informé la population que, dans les procès-verbaux signés par les dirigeants du secteur des transports, le déblocage des routes avait été convenu. Cependant, une autre section de dirigeants a décidé de ne pas signer le document et s’est retirée.

15h30

« Nous voulons que Pedro Castillo vienne, pas ses clowns », si bien que les manifestants ont revendiqué la présence du président à Huancayo parce qu’il ne s’est pas présenté à la table de dialogue pour discuter avec les dirigeants syndicaux.

15:00

Pedro Castillo s’est excusé auprès des transporteurs et des agriculteurs qui sont au chômage en raison de leurs déclarations de vendredi dernier lorsqu’il a indiqué que « certains dirigeants et dirigeants » auraient été payés pour protester dans la région de Junín.

« Je veux clarifier le pays et je tiens à faire comprendre à mes compatriotes que, lorsque je m’adresse au peuple péruvien et que certaines de ces déclarations ont donné lieu à un malentendu, je dois le clarifier en m’excusant ou en pardonnant au peuple ; je dois le faire mille fois, parce que je n’ai jamais mauvaises intentions », a-t-il déclaré lors d’un discours au San Martin.

14h15

Le ministre de l’Economie et des Finances, Oscar Graham, a annoncé que le gouvernement a pris la décision d’exonérer le paiement du Taxe de consommation sélective (ISC) sur les carburants de 90 pour cent. La mesure vise à répondre aux demandes des transporteurs et des agriculteurs qui en sont à leur sixième jour de chômage.

Le responsable a fait part de cette décision lors de la table de dialogue tenue à Huancayo, où sont arrivés deux entourages du Conseil des ministres. Il a également annoncé qu’il n’y aura pas de taxes sur le carburant, ni de taxes sur la vente de poulet et d’autres produits alimentaires

« Nous allons proposer un projet de loi visant à exempter la taxe générale de vente (IGV) sur les produits qui ont une plus grande composante dans le panier du consommateur : poulet, œufs, farine, nouilles », a déclaré Graham.

13h45

Le ministre de l’Énergie et des Mines, Carlos Palacios, s’est adressé et a demandé à comprendre les manifestants à Huancayo, qui dénoncent la hausse du prix du carburant et engrais.

« Je demande à ce que l’on comprenne ce moment. (carburant) n’augmente pas par le gouvernement, c’est bien connu. Sino est en hausse en raison d’une crise internationale dans toute l’Amérique latine et sur tous les continents. Nous savons que nous traversons une crise internationale, n’oublions pas cela. Même les États-Unis eux-mêmes ont des problèmes », a-t-il dit.

13h30

Le producteur de bétail et agricole Fernando Bravo a évoqué le conflit social qui a suscité dans le centre et sud du pays en raison de la hausse du prix des engrais et des carburants. Il a souligné que le président Pedro Castillo les avait induits en erreur en annonçant la « deuxième réforme agraire », étant donné que la la situation des agriculteurs ne se serait pas améliorée.

« Nous avons un président qui a menti à tous les producteurs. C’est un président menteur, qui ne tient pas parole. Nous savons que cet arrêt si nous ne défendons pas maintenant avec la totalité de la route bloquée, car elle a déjà atteint l’extrême. Il n’a pas obtempéré. Cette réforme agraire est un véritable mensonge depuis ses débuts. Ils ont commencé à mentir avec la deuxième réforme agraire. Nous avons été trompés par les producteurs. Nous pensions que lui, un homme de campagne, penserait comme nous », a déclaré Bravo au RPP Noticias.

12h30

Le blocus des principales routes d’accès a conduit les passagers bloqués sur les pentes à prendre la décision de charger leurs affaires afin de tenter de s’échapper à pied et d’atteindre une autre destination proche où ils peuvent obtenir une sorte de mobilité qui les mènera à leur destination finale. Cet arrêt des transports a provoqué la perte totale de produits alimentaires et de matières premières au fur et à mesure qu’ils dérivent pendant des heures, et bien que les policiers aient bouclé la zone, il n’y a pas eu d’amélioration.

11 h 30

Javier Corrales, président de l’Association péruvienne des transports, a déclaré que lorsqu’il a réprimandé les ministres du cabinet, ils voulaient que le président Pedro Castillo se rende à Huancayo pour les écouter, ils ont répondu que « le président a un autre ordre du jour, vous avez pour se rendre à Lima ».

Le dirigeant a déclaré avoir rencontré les ministres des Transports et des Communications, Nicolás Bustamante, et le ministre de l’Énergie et des Mines, Carlos Palacios. Ce sont eux qui leur auraient demandé de se rendre à Lima pour dialoguer directement avec le gouvernement, afin de fixer leur mesure de force.

« Plus précisément, ils nous ont demandé d’aller à Lima pour dialoguer directement avec le gouvernement, compte tenu des faits avancés par le président, en référence au fait que certains dirigeants auraient reçu de l’argent et en ce sens que nous avons également exprimé notre malaise parce que nous ne pouvons pas parler ainsi d’un leadership secteur », a déclaré RPP Noticias.

10 h 30

En raison des manifestations à Huancayo concernant la fermeture des transporteurs et des agriculteurs, l’eau potable le service est resté limité dans toute la ville, ainsi qu’il y a une pénurie de nourriture le sixième jour de manifestations qui a quitté des pillages dans des supermarchés, des magasins et des destructions dans le département de Junín.

09:00

Les conséquences de la grève des transports, qui s’est intensifiée vendredi 1er avril dernier à Huancayo (Junín), sont très ressentis à Lima et à Callao. Non seulement le prix du poulet et des autres aliments devient encore plus cher, mais certains légumes se font également rares.

07:54

Une deuxième délégation du Conseil des ministres est arrivée à Junín pour participer à la table de dialogue avec leaders sociaux. Les autres ministres qui s’étaient déjà rendus dans la région dans la nuit du 1er avril seraient en route pour se rencontrer.

Il s’agit des ministres de la Justice, Feliz Chero, de l’Énergie et des Mines, Carlos Palacios, de l’Économie, Carlos Graham, de l’Intérieur, Alfonso Chávarry, et du Développement agraire et de l’Irrigation, Oscar Zea. En outre, ils sont également accompagnés du vice-ministre du PCM, Jesús Quispe, de certains membres du Congrès et du cardinal Pedro Barreto.

« Les ministres du ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, du ministère de l’Énergie et des Mines, du ministère de l’Economie, du ministère de l’Intérieur et du ministère du Développement agraire et de l’Irrigation, le vice-ministre du PCM, des membres du Congrès et le cardinal Pedro Barreto sont arrivés à Junín pour le installation de la Table technique avec les leaders sociaux », peut-on lire dans un tweet.

07:43

La vice-présidente de la République, Dina Boluarte, a appelé aujourd’hui les habitants de Huancayo à revenir à la paix par le dialogue, à la suite des manifestations qui ont eu lieu dans cette ville du centre du pays.

« Huancayo doit retrouver la paix grâce au dialogue. Les demandes doivent être entendues et traitées, mais la violence doit cesser », a écrit la collègue ministre du Développement et de l’Inclusion sociale sur son compte Twitter.

07:00

Selon le chef de la région policière de Junín, le colonel Colin Sim Galván de la PNP, dix détenus et plusieurs policiers ont été blessés à la suite de pillages.

Vendredi 1er avril

23:11

Sur son compte Twitter, le ministre du Commerce extérieur et du Tourisme, Roberto Sánchez Palomino, a confirmé l’arrivée d’une délégation du Conseil des ministres, à 20 heures, à Huancayo. Il s’agit du ministre du Commerce, du ministre de la Culture, Alejandro Salas, et du vice-ministre des Transports, Victor Raul Alejos. Ils étaient également accompagnés par la membre du Congrès Silvana Robles, du banc Peru-Libre.

« Maintenant, avec les leaders sociaux de Huancayo. Réunion préparatoire dans la municipalité de Tambo pour l’installation de #MesaDeDialogoYa (…) Avec l’équipe avancée envoyée par la présidence de la République », a déclaré le ministre du Commerce via son compte Twitter.

« Il y avait une coordination avec Frente Defensa en tant qu’équipe avancée pour installer Dialogue Table à Huancayo », a-t-il ajouté dans un autre tweet.

22h49

Le président de la République, Pedro Castillo, dirige ce soir une session extraordinaire du Conseil des ministres au palais du gouvernement, afin d’évaluer et de répondre aux demandes des différents secteurs du pays. Selon le compte Twitter officiel de la présidence, la réunion cherche des solutions par le dialogue et la compréhension.

22:31

Huancayo rapporte que ce samedi, le service d’eau potable serait restreint dans toute la ville en raison de représailles causées par l’arrêt des transporteurs. C’est ainsi que la société Sedam Huancayo a mis en garde dans un communiqué urgent.

Selon l’entreprise, un groupe de protestants a pris le « Catchment 24 », situé dans l’annexe Chamicería, bloquant ainsi l’entrée d’eau brute pour le processus de purification dans deux stations d’épuration de Vilcacoto.

« Nous avons le regret d’annoncer que cette situation entraînera une pénurie d’eau potable dans les districts de Huancayo, El Tambo et Chilca, à compter de demain, samedi 2 avril 2022 », indique le communiqué.

22:18

Le Gouvernement a officialisé la création d’un groupe de travail temporaire intitulé « Table technique de haut niveau pour contribuer à résoudre le problème du transport de marchandises dans le pays ». Selon la résolution ministérielle n° 113-2022-PCM, l’objectif de cette table technique – qui sera sous la présidence du Conseil des ministres (PCM) – est d’analyser et de proposer des solutions au problème du transport de marchandises dans le pays.

Ce groupe de travail sera composé du chef des transports qui le présidera, et sera composé des ministres du commerce extérieur et du tourisme, de l’économie et des finances, de la justice et des droits de l’homme, de la culture, de l’énergie et des mines, et de l’intérieur.

22h10

Par le biais de son compte Twitter, le président s’est engagé auprès des transporteurs à « rechercher ensemble des solutions pour le bénéfice de tous », à la suite des exactions et des pillages survenus ce vendredi dans la ville de Huancayo.

« Nous savons qu’il y a des demandes urgentes à répondre, mais il sera difficile de les résoudre sans la volonté de dialogue et le but des amendements. Frères transporteurs, je m’engage à rechercher ensemble des solutions pour le bénéfice de tous », a-t-il écrit sur le réseau social.

Pedro Castillo en Twitter

21:00

Le ministre des Transports et des Communications, Nicolás Bustamante, est arrivé à Junín pour s’entretenir avec les syndicats des transports qui le cinquième jour de la grève, ils ont radicalisé les manifestations. Surtout à Huancayo où il y a eu des abus ce vendredi. Le responsable a déclaré qu’ils avaient convenu avec les transporteurs de laisser de l’espace dans un certain délai pour permettre le passage des camions transportant des produits de première nécessité.

« Je ne sais pas s’il s’agit d’une trêve, mais les dirigeants se sont engagés à laisser passer 10 unités de temps en temps qui amènent des produits périssables sur les marchés », a expliqué Bustamante.

PREVIA

À la suite de ces événements, la présidence du Conseil des ministres a indiqué qu’une délégation de ministres, composée des responsables du commerce extérieur, du développement agraire et de la culture, s’est rendue à Huancayo pour « renforcer le dialogue avec les guildes des transporteurs en grève ».

« Nous exhortons au dialogue et rejetons tous les actes de vandalisme », a déclaré le Conseil des ministres via son compte Twitter.

Quelques heures plus tôt, l’exécutif avait déclaré que les transporteurs avaient le droit de faire grève, mais « ils ne peuvent pas affecter des biens ou bloquer des routes parce que ces actes constituent un crime ».

« L’État garantit l’ordre par des mécanismes juridiques. Notre gouvernement est prêt à répondre aux exigences sociales par le dialogue », a déclaré un autre message du Conseil des ministres sur ce réseau social.

GRÈVE

Les syndicats des transports lourds ont entamé une grève illimitée lundi pour protester contre la hausse du carburant et exhorter à une table de dialogue avec le gouvernement pour négocier la réduction du coût du pétrole et des produits dérivés.

La manifestation, qui a bloqué 40 routes dans tout le pays mardi, s’est poursuivie ce vendredi malgré les accords annoncés la veille par le Premier ministre Aníbal Torres.

La grève avait été annoncée il y a quelques jours en raison de la hausse des prix du carburant et des appels à l’élimination de la concurrence déloyale des transporteurs étrangers et à la gestion de la réserve de fret pour les guildes nationales.

En outre, il est urgent d’éliminer la taxe sélective sur la consommation de carburant et de réviser les contrats de concession pour les routes et les péages.

Dans un effort pour atténuer cette augmentation, l’exécutif a officialisé mardi une série de mesures techniques, y compris l’incorporation pendant trois mois de 84 et 90 gasohol et 84 gasohol dans le Fonds de stabilisation des prix des carburants pétroliers (FEPC).

Ce fonds, lancé en 2004 pour empêcher la forte volatilité des cours internationaux du pétrole de se déplacer vers les consommateurs péruviens, a également inclus temporairement le diesel 2 et le gaz de pétrole liquéfié (GPL) en vrac.

Le gouvernement a également annoncé hier la création d’une « commission de dialogue » pour répondre aux demandes des poids lourds qui, il y a cinq jours, ont entamé une grève illimitée dans plusieurs régions du pays pour protester contre la hausse du carburant.

CONTINUEZ À LIRE :

también puedes leer

Cienciano sobre la llegada de Adrián Ugarriza a Sporting Cristal: “Hay un acuerdo de palabra”

Adrián Ugarriza fue el capitán del ‘Papá’ en 2022. (Facebook Cienciano) Sergio Ludeña, administrador de …

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *